Loading...
Une erreur est survenue dans ce gadget

SPORT AU PLURIEL

Bienvenue sur le Blog "Sport au pluriel" de Radio Campus
Sport au pluriel, c'est également votre émission sportive sur Radio Campus 91.2 fm.


dimanche 12 juin 2011

Les Etalons cadets du Burkina au Mexique: carnet de voyage

Le jeudi 09 juin 2011 à 4h30, heure du Portugal, nous quittons l'hôtel Rural Tourisme « Quinta Do Pinheiro » à bord d'un car pour Lisbonne. Après 1h55mn de route, nous arrivons à l'aéroport. Vu le nombre de nos bagages, on nous affecte deux guichets pour nos enregistrements.
Les Etalons cadets en attente dans un aéroport

Les journalistes : Victorien Marie Hien, Jérémie Nion, Antoine Bationo et Gilbert, Rouanga qui ne sont pas sur le même billet que le reste de la délégation doivent patienter pour prendre le prochain vol.
Nous passons les formalités policières sans problème et nous embarquons pour Paris. Nous arrivons à l'aéroport Charles de Gaulle à 11h 55, heure de Paris. Nous n'avons beaucoup de temps. Il nous faut passer le contrôle de police et courir rejoindre notre porte d'embarquement situé à l'opposé de notre terminal d'arrivée. C'est donc aux pas de course que nous rejoignons la porte E 65 à 12h45 pour l'embarquement.
Soudain, nous entendons une voix qui prie les passagers à destination de Mexico de bien vouloir patienter quelque minute. 15 minutes passèrent et nous embarquons dans le boeing AF 438 de Air France. Cependant, nous ne sommes pas encore prêts à décoller. Nous devons encore patienter pour qu'on fasse le plein de l'avion. Une fois sur la piste de décollage, nous voila encore obligés d'attendre afin de permettre à d'autres avions effectuer leurs atterrissages. Pour un décollage prévu pour 13h30, c'est finalement à 14h30 que notre avion prend son envol. Et c'est parti pour 11h 45 mn de vol.
A peine une heure de vol après, un trou d'air sème la panique dans l'avion. Passé l'effet de surprise, le calme revient. La majeure partie des joueurs gagnée par la fatigue dort. Le reste s'occupe par les divertissements proposés (films, musique, jeux). Dargani (entraineur adjoint) et Bikienga comme à leur habitude, jouent à la belote. Par moment les joueurs pour se détendre les jambes, se déplacent pour échanger avec leurs amis assis à l'autre bout de l'avion. Tout se bien et nous arrivons au Mexico jeudi à 19h10 (soit vendredi à 00h10 au Faso).
Grâce aux dispositions prises par le comité d'organisation du mondial des jeunes, les formalités policières se déroulent vite et  sans problème. A la récupération des bagages, les gros sacs bien emballés du chef matériel attirent l'attention et des policières accompagnées de chiens s'approchent et
les examinent. A la fin de l'opération, trois sacs « suspects » doivent être fouillés. Sachant que les sacs ne comportent que des ballons et les maillots,  nous restons sereins.
A la sortie, surprise! Les médias locaux (télés, radios, journaux et photographes privés) sont là. Ils ne voulaient en aucun cas rater l'arrivée des champions d'Afrique. Les joueurs sont assaillis de tout part par des  flashs et des cameras de télévision.
Dehors, il y a également monsieur Sy Sory qui nous avait devancés pour préparer notre arrivée, en compagnie de jeunes volontaires affectés à notre délégation. Le coach Rui qui se défend bien en espagnol, accordent une interview à la « Radio y Télévision Querétaro ». Avec l'aide de notre traducteur, Geraldo, les joueurs posent pour les photographes.
Pendant que nous attendons le reste de nos bagages, nous assistons à l'arrivée de l'équipe coréenne. La corpulence des cadets coréens (ils sont bien en forme pour des cadets) fait l'objet de commentaires dans le groupe.
Après avoir été rassurés sur le sort d'un carton resté introuvable, nous nous dirigeons vers la porte N° 7 où nous attend notre car. 
C'est sous une impressionnante escorte composée des éléments de la police fédérale et de la police de Mexico que nous nous mettons en route pour Querétaro, situé à 192 km de capitale.
A l'entrée de Querétaro, la police de Mexico qui n'a plus  d'autorité hors de son territoire, cède sa place à celle de notre ville hôte. Nous arrivons enfin à notre hôtel, l'Hôtel Real D Minas à 23h 20 (vendredi 4h 20 TU).
Après une rapide répartition des chambres et des douches bien méritées, les joueurs se restaurent et rejoignent leurs chambres aux environs de 1h00 (6h TU).
Habi Ouattara
chargé de communication à la Fédération Burkinabè de Football

1 commentaire:

  1. From today me concentration for big deal on international based on www.delhinightlife.net if you are come then that will be my pleasure for business promote and celebration in this year 2015.

    RépondreSupprimer