Loading...
Une erreur est survenue dans ce gadget

SPORT AU PLURIEL

Bienvenue sur le Blog "Sport au pluriel" de Radio Campus
Sport au pluriel, c'est également votre émission sportive sur Radio Campus 91.2 fm.


mardi 19 juin 2012

Bertrand Traoré sociétaire de Chelsea: « je laisse les gens parler »

En regroupement avec les Étalons juniors pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique d’Afrique junior, le sociétaire de Chelsea, Bertrand Traoré s’est entretenu avec Burkina 24. Il décrit l’ambiance dans le groupe des Étalons juniors. Après des polémiques sur son appartenance à Chelsea, le jeune espoir du football burkinabè préfère laisser les gens parler. 


Burkina 24  (B24): Comment on se passe le retour avec les amis ?
Bertrand Traoré  (BT): Je me sens bien. Ce n’est pas un nouveau groupe pour moi. Ce sont mes anciens coéquipiers. On a joué ensemble depuis 2009. Je connais tout le monde. L’ambiance est bonne. C’est vraiment bien de se retrouver entre amis.

B24: Vous venez de rentrez au pays. Comment se résume ta saison avec les jeunes de Chelsea ?
Tout se passe bien. Je suis avec la réserve de Chelsea. Souvent je m’entraine avec les professionnels. Il y a des moments, je m’entraine avec les 18 ans. Ça se passe bien et tout cela me permet d’apprendre et de progresser.

B24: Il y a un moment où il y avait une polémique selon laquelle Bertrand Traoré n’est pas à Chelsea, est ce que cela ne vous a pas choqué ?
BT: Moi, cela ne m’a pas choqué. Je ne vais pas mentir en racontant aux gens que je suis à Chelsea alors que je ne suis pas là-bas. Si je mens, je me détruis mois même. Je n’ai jamais été choqué. Je laisse les gens parler. Ce n’est pas à moi de me défendre concernant ce sujet. Ça va. Je prends cela avec philosophie. L’essentiel, c’est de travailler et de progresser pour atteindre mes objectifs.

B24: Avec Salomon Kalou, Didier Drogab, Emmanuel Adébayor, même si lui n’est pas à Chelsea, les relations sont toujours les mêmes qu’au moment de votre arrivée ?
BT: Oui tout va bien. Quand je suis allé là bas il y a deux ans, ils m’ont très bien accueilli dans le groupe. Je me suis même entrainé une semaine avec le groupe professionnel. Ils m’ont pris comme leur petit frère. Ils ont facilité mon intégration. Ça se passe bien entre eux et moi.

B24: Ton ambition pour la saison prochaine, c’est de jouer en équipe première avec Chelsea ou faut-il encore apprendre ?
BT: Mes ambitions, c’est de monter en équipe en professionnel même si je sais que je vais commencer la saison avec la réserve mais je vais me battre pour intégrer l’équipe professionnelle sans me presser.

B24): Auxerre de ton grand frère Alain Traoré descend en deuxième division, est ce que tu penses que la solution pour lui c’est de quitter le club ?
BT: Oui. Je pense qu’il doit quitter Auxerre parce qu’il a besoin de progresser même si son départ ne sera pas bon pour le club.

B24: Comment as-tu vécu l’expérience de la CAN avec les Étalons où tu as disputé un seul match avec tes ainés ?
BT: Très bonne expérience pour moi. J’ai beaucoup appris avec mes grands frères étant sur le banc de touche comme sur le terrain. Ça m’a beaucoup aidé. J’espère que ça va continuer.
Interview réalisée par Boukari Ouédraogo

Rachid Coulibaly : « On va se qualifier pour la CAN junior »

En regroupement avec les Étalons juniors, le défenseur de l’équipe réserve de l’Olympique Lyonnais Rachid Coulibaly a pu s’entrainer avec ses coéquipiers pour la préparation des éliminatoires de la Coupe d’Afrique U20. Le Burkinabè qui retrouve la chaleur du pays est confiant pour la qualification à la CAN U20. 


Burkina (B24):Tu viens de retrouver les Étalons juniors. Est-ce que vous avez senti du changement ?
Rachid Coulibaly (RC) : Non tout va bien. L’ambiance est bonne. C’est comme des retrouvailles, on est ensemble. On est fier de se retrouver avec les Bertrand Traoré, Fadil Sido et les autres. Rien n’a changé. C’est toujours la même famille.
B24 : Avec ce groupe, est ce que vous pensez que la CAN 2013 est possible parce que vous avez été éliminé pour celle de 2011?
RC : Franchement  avec le groupe qu’on a, je pense qu’on va se qualifier même si ça ne sera pas facile. Seul le travail paie. C’est ce qu’on est en train de faire. Le reste, on s’en remet à Dieu.
B24 : Vous vous retrouvez avec les champions d’Afrique cadets alors que votre génération a raté de justesse le trophée en 2009 en Algérie. Il y a des défis à relever…
RC : Oui, on a raté de justesse la finale en Algérie. Se retrouver avec des champions d’Afrique, c’est une bonne chose. Il faut dire qu’on se complète et ça promet de bonnes choses.
B24 : La CAN et le mondial ont permis de taper dans l’œil de recruteurs. Vous êtes actuellement à Lyon. Comment se passe votre nouvelle vie ?
RC : Au début, c’était dur. Mais maintenant ça va. Maintenant on suit le rythme. Ça va.
B24 : Qu’est ce qui a été difficile alors ?
L’intégration était un peu difficile parce qu’on a changé de championnat. Maintenant, on a franchi cette étape.
B24 : Dans ce cas qu’est ce qui vous reste?
RC : Ce qui me reste, c’est de me battre pour me retrouver en équipe professionnelle. Je veux me retrouver en équipe A, donc il faut se battre pour avoir une bonne carrière.
B24 : Comment ça se passe avec Bakary Koné votre ainé à Lyon ?
RC : On cause ensemble. On est tout le temps ensemble. Souvent, Bako vient me voir et on prend un pot. C’est mon grand frère là-bas. Il m’aide à m’intégrer.

Fadil Sido, Etalon junior : « Naples me suit toujours »

C’est la trêve sportive en Europe et les joueurs burkinabè sont de retour au pays. C’est le cas du jeune pensionnaire du centre de Formation du Mans. Dans cet entretien, il parle de l’ambiance au sein des Étalons junior avec qui il est en regroupement. Fadil Sido confirme qu’il est également suivi par le club italien de Naples.



Burkina 24(B24) : C’est le retour à la maison. Comment se passe ta préparation avec tes amis pour les éliminatoires de la CAN U20.
Fadil Sido  (FD): On retrouve une fois de plus nos amis. Je suis très content. Par qu’en club on ne vit pas ça. Ce retour nous permet également de retrouver la famille. C’est vraiment bien. On ne peut être qu’heureux de se retourner à la maison et surtout retrouver ses amis avec la sélection junior. On s’entraine bien actuellement et l’ambiance est bonne dans le groupe. C’est très important pour nous.

(B24) : Vous allez donc participer prochainement aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des moins de 20 ans, l’objectif sera de remporter la Coupe puisque vous vous retrouverez au milieu des champions d’Afrique cadets.
(FD):C’est ça. L’objectif c’est de faire une très bonne performance. La Coupe, on la vise. Pour la remporter il faut d’abord se qualifier. Il faut beaucoup travailler pour ça. C’est ce qu’on est en train de faire. Avec le groupe qu’on a, on peut aller très loin.

(B24) : Arrivé au Mans tu as remporté un trophée avec ton équipe. Cela signifie que tout se passe bien pour toi dans ce club même si tu ne joues encore avec l’équipe première.
(FD):Avec le Mans, je m’en sors bien. C’est vrai dès mon arrivée, j’ai remporté un trophée. C’est un petit trophée. Mon objectif c’est plus que ça. Je suis en train d’apprendre pour m’améliorer pour le moment.

(B24) : On sait que tu vises l’équipe A de ton club ? Est-ce que tu arrives à t’entrainer avec elle comme c’est le cas de certains de tes amis dans leur club ?
(FD): Oui. A plusieurs reprises. Seulement, je ne joue que le championnat réserve. Ce n’est déjà pas mal. Je vise haut et on travaille pour arriver au sommet.

B24 : Entre-temps on vous avait annoncé partant du côté de l’Italie plus précisément pour Naples. Est-ce que l’information était fondée ?
(FD):Oui. C’est vrai. Mais c’est la première année que je suis au Mans et j’ai signé pour cinq ans. Un transfert n’était donc pas possible si vite. En fait il me suivait depuis longtemps. On était deux. Il y avait un Portugais également. Ils me suivent toujours. Maintenant tout dépend de mes performances. Il faut que je monte en équipe première et que j’arrive à jouer deux ou trois matches pour confirmer. S’ils me suivent, cela ne veut pas dire que du jour au lendemain je vais signer là bas. Mais cela signifie qu’ils pensent que j’ai du potentiel. C’est à moi de prouver que j’ai du talent. Je vais travailler pour y arriver.
Entretien réalisé par Boukari Ouédraogo

jeudi 7 juin 2012

Le CFR Cluj fait tout pour faire recruter Djakaridja Koné


Auteur d’une excellente saison avec le Dynamo Buccarest, le milieu de terrain Burkinabè Djakaridja Koné est l’une des principales attractions sur le marché des transferts. Le CFR Cluj où avait évolué son compatriote Yssouf Koné a fait de ce joueur une de ses priorités.

France, Allemagne, Angleterre, voilà des pays où est annoncé le milieu de terrain du Dynamo Bucarrest Djakaridja Koné. Le Burkinabè a séduit bien d’observateurs lors de la saison écoulée. Puissant et robuste, Djakaridja Koné s’est illustré par ses bonnes récupérations de balles et sa fougue si bien qu’en fin de saison, il s’est illustré comme l’un des meilleurs joueurs du championnat. Le CFR Cluj champion en titre s’active pour faire signer le footballeur burkinabè. Le champion de Roumanie dispute la Ligue des champions la saison prochaine et espère que ce challenge va intéresser le Burkinabè. S’il semble avoir eu un accord verbal Djakaridja Koné, en fin de contrat avec le Dynamo Buccarest, voudrait aller voir ailleurs notamment en France. L’Olympique de Marseille l’a déjà supervisé et voudrait le faire signer en remplacement de son compatriote Charles Kaboré, qui a déclaré son envie de quitter le club phocéen. Cependant, de nombreux formations en Allemagne et en Angleterre aurait inscrit le nom du Burkinabè sur les tablettes. A Djakaridja Koné d’avoir la tête froide pour faire le bon choix.

Avec le Dynamo Buccarest, Koné a disputé 28 matches en championnat avec un but marqué. En fin de saison, il s’est illustré comme l’homme du match après la victoire de son équipe en Coupe de Roumanie devant le Rapid Buccarest (1#0). 

dimanche 3 juin 2012

Mondial 2012 Burkina Congo: Paul Put rate son entrée avec les Etalons

Les Étalons du Burkina ont fait un match  (0#0) contre le Congo à l’occasion de la première journée des éliminatoires du mondial 2014 ce samedi 2 juin au Stade du 4 août de Ouagadougou.

La réconciliation n’a pas eu lieu entre les Étalons du Burkina et leurs supporters ce samedi 2 juin 2012 au Stade du 4 août de Ouagadougou. Contre les Diables Rouges du Congo, les Étalons ont fait preuve d’inefficacité à l’attaque, n’arrivant pas à trouver le fond des filets  de Brel Mouko le gardien congolais. Ce qui conduira les deux équipes à se séparer sur un score nul et vierge à l’issue des 90 minutes (0#0). Les Etalons ont pourtant dominé le match se créant de multiples occasions. Moumouni Dagano, Prejuce Nacoulma, Abdoul Razack Traoré et Alain Traoré n’arrivent pas à déjouer la vigilance des défenseurs congolais. Moumouni Dagano, transparent dans ce match a raté deux occasions de deux buts qui auraient pu permettre à son équipe de s’imposer. D’abord, sur une passe de Hervé Zengué depuis l’aile gauche, Dagano place mal sa tête et n’arrive pas à rabattre le ballon dans les buts (67ème mn). Le buteur a l’occasion de se racheter (87ème mn) mais le Burkinabè bien servi dans la surface de réparation face à face au portier congolais Brel Mouko met son ballon en l’air.

Les congolais ont aussi bénéficier de deux occasions de buts qui aurait pu mettre à Delvin Ndinga et se camarades de prendre l’avantage sur les Burkinabè. A deux reprises, Abdoulaye Soulama dans un face à face avec Matt Moussilou (44ème mn et 59ème mn), sort le grand jeu empêchant les congolais de marquer. Les entrées en jeu de Jonathan Pitoipa, Wilfried Benjamin Balima et Djakaridja Koné à la place de Abdoul Razack Traoré, Prejuce Nacoulma et Charles Kaboré ne changent rien. Jean Guy Wallemme et ses joueurs arrachent un point lors de leur première sortie face au Burkina Faso. Les Etalons devront se racheter le samedi 9 juin 2012 face au Gabon entrainé par l’ex sélectionneur des Étalons Paulo Duarte.