Loading...
Une erreur est survenue dans ce gadget

SPORT AU PLURIEL

Bienvenue sur le Blog "Sport au pluriel" de Radio Campus
Sport au pluriel, c'est également votre émission sportive sur Radio Campus 91.2 fm.


dimanche 29 août 2010

Des espoirs du football Burkinabè

Le Burkina Faso dispose d’un réservoir insoupçonné de jeunes talents tant au Burkina Faso qu’a l’extérieur. Le 9eme tournoi international des centre de formations organié par Noufou Ouédraogo a permit de découvrir des jeunes burkinabè de certains centres de formation comme Kada School International du Burkina et EFAM de la Côte d’Ivoire. A l’extérieur de jeunes Burkinabè font leurs premières armes dans des centres de formations comme Ibrahim Bancé au Milan AC (Italie) et Abdoul Razack Sawadogo de Rouen (France).


Le Burkina Faso manque à l’heure actuelle de championnat de petites catégories. Une initiative qui aurait permit l’émergence les talents au niveau des centres de formations et des clubs. Pour le moment, les entraineurs des équipes cadettes et juniors se contentent de regroupements et de prospections au sein  pour sélectionner les jeunes pour ces équipes nationales. Le tournoi internationale de la solidarité a permit à des joueurs d’étaler ce qu’ils ont appris. Kada School International malgré l’absence de plusieurs joueurs a remporté la neuvième édition de ce tournoi dédié au centre de formation de l’Afrique.

                                                       Les "frères Compaoré" de Kada School International


Akim Ibrahim Comaporé
Ben Mohammed Compaoré (Kada Scool International)
L’entraineur du centre de formation Kada School International du Burkina s’est dit satisfait de tous ses joueurs durant ce tournoi. Mais deux de ces écoliers (School traduit de l’anglais en français Ecole) ont séduit de par leur talent. Il s’agit du milieu défensif Ibrahim Akim Compaoré et de l’attaquant de pointe Mohamed Ben Compaoré. Le premier cité se distingue par son agressivité et sa promptitude dans les actions. D’un naturel calme, il conteste très peu les décisions arbitrales. C’est peut-être pour cette raison que le coach Ousmane Ouédraogo lui a confié le brassard de capitaine. Né le 16 juin 1993 à Bobo Dioulasso, Akim Compaoré se comporte comme un grand frère sur le terrain, donnant des conseils, encourageant ses coéquipiers et en les replaçant sur le terrain. Le jeune "écolier" de Kada School veut ressembler à l’Ivoirien Yaya Touré. Le Burkinabè a les mêmes traits physiques que le joueur de Manchester City: même gabarit, l’air nonchalant, de longues  jambes, quilui permettent une bonne protection de balle. Sa force dans les récupérations lui permet de marcher dans les pas de son idole. Son coach reconnait ces qualités. Ousmane Ouédraogo le décrit comme «un garçon sérieux ». Ibrahim Akim Compaoré est le fils de l’entraineur du Bouloum Poukou Football Club (BPFC) Ousmane Compaoré dit Lato. Son coéquipier Ben Mohamed Compaoré, lui aussi est né à Bobo Dioulasso le 1er décembre 1994. C’est un joueur agressif et technique selon son entraineur. Des qualités que Ben Mohamed Compaoré a démontrées sur le terrain. Celui qui veut ressembler à Samuel Eto’o a terminer meilleur buteur de sa formation avec trois réalisations. Ben Mohamed Compaoré est un battant sur le terrain. Il descend souvent en défense comme Samuel Eto’o pour remonter avec les balles en attaque. Ben Mohamed Compaoré exerce une pression permanente sur les gardiens de but. Il doit cependant travailler sa vitesse et sa condition physique pour atteindre le niveau de Samuel Eto’o.
(G à D) Sangaré Bienvenu, Zakaria Traoré et Félix Kontogom

                                                                            La colonie burkinabè d’EFAM


L’une des équipes invitées par le promoteur du tournoi international de la solidarité est l’équipe ivoirienne d’Ecole Football Amitié (EFAM). Dans ce centre de formation évolue trois joueurs Burkinabè. Ce sont Félix Kontogom, Bienvenu Sangaré et Zakaria Traoré. Le premier, Félix Kontogom est un libero. Mais ce joueur s’illustre par sa polyvalence. Il peut jouer comme attaquant de pointe ou sur les ailes. «Je suis polyvalent. Le coach se sert de moi dans certains postes quand nous sommes en difficulté.» Félix Kontogom vient d’abandonner les études pour le football. «J’ai causé avec mes parents pour leur dire que je voulais me consacrer au football. Au départ, mon père était contre mais en fin de compte, il s’est rendu compte que j’aimais trop ce sport. Il m’a donc laissé faire». Félix Kontogom est né en Côte d’Ivoire le 12 février 1992. Il vient d’abandonner ses études en terminale pour se consacrer à son sport préféré. Il est sociétaire d’EFAM depuis 2004 et capitaine de 2005 à l’heure actuelle. Son grand gabarit lui permet de s’imposer face à ses adversaires et d’enrayer les occasions de buts des équipes adverses quand il est en défense.
Zakaria Traoré lui est au centre de formation depuis l’âge de dix ans. Il est également libéro tout comme Félix Kontogom. Son rêve est de jouer un jour pour son pays comme il le confie. « Je sais que pour cela je dois me battre et me donner à fonds» avoue t-il. Zakaria Traoré dit être venu au tournoi de Noufou Ouédraogo pour se faire voir. «Tout ce que je fais c’est pour jouer un jour avec les Etalons. A Abidjan chaque lundi et vendredi, je suis calé pour suivre le Magazine des Sports sur la RTB (Ndlr Radiodiffusion télévision du Burkina). » Le troisième et le plus jeune s’appelle Sangaré Bienvenu. Il est né le 20 juillet 1993 à Abidjan. Il semble bénéficier une protection particulière de la part de ses deux compatriotes car bégayant. Pour lui cela n’est pas un handicap. «Ce sont les pieds qui jouent et non la langue. Mon frère Félix est toujours la pour me soutenir». Ils confient que Robert Sankara du stade d’Abidjan (en partance pour la Roumanie) est un grand frère du quartier qui les conseille beaucoup.

                                                     De jeunes Burkinabè dans les centres de formations européens


François Yabré (à droite)
En Europe, quelques Burkinabè évoluent dans des centres de formations en Italie, en France etc. Abdoul Razack Swadogo dit «Zack» fait parti de ce contingent. Il évolue au centre de formation de Rouen. Le jeune Burkinabè est né le 13 janvier 1993 à Bobo Dioulasso. Arrivé en France il y a deux ans, il a intégré le centre de formation rouennais. Zack est un milieu de terrain capable de jouer sur le flanc gauche ou à droite. C’est un  ami d’enfance du gardien des Etalons juniors actuellement à Saint Etienne Moussa Germain Sanou.
En Italie se trouve Moumouni Saré, un autre Burkinabè. Il est né le 13 février 1992. Moumouni Saré est sociétaire de Calcio Bergamasco-Valle Brembana. C’est un attaquant, souvent utilisé comme ailier droit. En plus de lui, Raouf Compaoré est un autre joueur burkinabè qui évolue en Italie mais au centre de formation du Milan AC. Il est né le 27 janvier 1996 et joue en tant que défenseur
Ibrahim Bancé est le troisième de la clonie Burkinabè dans les centres de formation italienne. Bancé est né le 26 juin1995. Il est attaquant dans l’équipe des moins de 15 ans du Milan AC. Ces joueurs ont comme ainé dans ce championnat Salam Déné qui avait déjà rejoint le groupe des Etalons juniors. Il sociétaire de l’équipe B de la Fiorentina. Ce joueur a été formé à L’AS Roma.
Au Portugal, un autre Burkinabè tente d’emerger. René Jacob Yougbaré a fini sa formation. Il a été prêté par son club à une équipe portugaise Limianos en D2. Ce joueur est attaquant qui a vu le jour le 2 avril 1990.
En Norvège François Tebasségnou Yabré est lui sociétaire de Strommen. Ce Burkinabè de 19 ans a débuté sa carrière en Côte d’Ivoire. Sociétaire de ce club norvégien, le Burkinabè joue au niveau de la défense. Ce joueur d’un grand gabarit constitue une barrière pour les attaquants. Sa particularité, il a joué en équipe cadettede Côte d’Ivoire aux côtésde Lacina Traoré du CFR Cluj (Roumanie).
L’évolution de ces joueurs est à surveiller de près. Certains d’entre eux peuvent apporter du bonheur au football Burkinabè.
A suivre...
                                                                                                                              Boukari Ouédraogo
                                                                                                                       Radio Campus Ouaga 91.2


3 commentaires:

  1. s the only thing that can tell you with any assurance that
    a project can move ahead and make money. It also happens sometimes that your character will say something silly.
    We design and manufacture the full range of conveyor components used in materials handling equipment, whether for new systems or replacement parts
    to any existing equipment.

    Feel free to surf to my webpage; mining

    RépondreSupprimer
  2. This could cause them to grow less, flower less, and
    maybe even die. If you are working on a riding mower or a mower with an electric starter, you will also want
    to disconnect the battery as to prevent any accidental startups while servicing
    your machine. Mulch also keeps soil from being depleted of vital nutrients, so gardeners do not have
    to rotate planting locations from year to year.


    Here is my weblog - mulching

    RépondreSupprimer
  3. If you experience some emotional or physical problems in your life it can soon be seen in the condition of your hair, using natural and organic products aids in the recovery of your hair.

    Habits die hard and whatever your regime has been in the past, you do
    need to have a good look around at what is on offer for different
    hair types and textures. Soon after this, use curl lotion all more than your hair, and make use of mousse and squeeze this in your hair
    to that your curls seem flawless.

    My webpage; hair products

    RépondreSupprimer